Apple bientôt devant Microsoft sur les OS ?

Rédigé le 12/01/2017

Apple bientôt devant Microsoft sur les OS ?

« OS » signifie système d’exploitation. C’est un ensemble de programmes qui permet de contrôler l’ordinateur : Windows, Linux ou macOS par exemple. Il y a aussi un OS dans vos smartphones : Androïd (Google), Windows 10 Mobile (Microsoft), IOS (Apple), etc.

Si Microsoft se positionne en leader des systèmes d’exploitation pour PC, Apple est incontestablement devant sur les smartphones. Les usages évoluant nettement du côté des smartphones, Apple prend peu à peu l’avantage à Apple, tout en grignotant par ailleurs des parts de marché avec ses Mac. Selon le cabinet Gartner, 2017 sera l’année qui verra Apple dépasser Microsoft sur le marché des OS.

Alors : macOS ou Windows ? Chez AIKIS nous avons les deux et nous intervenons pour nos clients sur les deux plateformes. Nous renforçons cependant nos positions sur les produits Apple, qui souffrent souvent d’une fausse image de produits chers et fermés alors qu’ils constituent une vraie solution alternative. Qu’en est-il dans la réalité ?

Le prix


La première chose visible à l’achat d’un matériel est son prix, et Apple ne fait pas vraiment dans le low cost. Alors que tous les prix sont possibles sur les PC Windows, les premiers prix des Mac restent élevés. Rien d’anormal cependant à ce qu’aucun Mac ne puisse s’aligner sur un PC bas de gamme : Apple ne fait pas de bas de gamme.

Il s’agit donc de comparer les prix de configurations identiques (mêmes performances, même qualité de fabrication et même niveau de garantie) pour voir que l’écart de prix se réduit considérablement.

Ensuite arrivent les coûts cachés, tels que celui de la maintenance, de la productivité de l’utilisateur derrière sa machine ou de la durée de vie du matériel. Dans ces catégories, Apple est plutôt bien positionné. Le véritable de l’ordinateur n’est en effet pas celui que vous payez à l’achat, mais celui que vous aurez payé à la fin de son usage, après 3, 4 ou 5 ans. C’est avace le temps que le Mac prend l’avantage.

Après avoir fait le calcul, IBM a déployé 100 000 Macs dans ses bureaux, annonçant que le support intervient 104 fois moins sur Mac que sur PC Windows. Au final, l’économie annoncée est de 270 € par poste de travail. Sachant qu’IBM est à l’origine des OS PC, il y a de quoi être étonné de ce retournement.

Choix des modèles et prix de l’entrée de gamme : avantage Microsoft, prix du moyen et haut de gamme : avantage Apple.

Sécurité

Les attaques sont également incessantes sur tous nos appareils connectés, et Windows est depuis toujours la cible privilégiée des pirates. Même si, bien sûr, aucun OS n’est à l’abri, Apple a jusqu’à présent largement montré sa supériorité en termes de sécurité.

Certains avancent que cela est dû au fait que les pirates s’intéressent moins aux Mac car ils sont moins nombreux sur le marché. Cela est bien sûr totalement faux. Tout d’abord, le parc existant de Macs est énorme. Ensuite, rien n’arrête les pirates. Un constructeur sort une voiture connectée : ils sont tous dessus à essayer de la mettre dans le fossé, même s’il n’y en a que 10 en circulation dans le monde. A l’inverse, personne n’a encore vraiment réussi à pirater les consoles de jeux de dernière génération alors qu’elles sont présentes par dizaines de millions et représentent un marché de plusieurs milliards d’euros.

Il est évident que la maitrise conjointe du logiciel et du matériel est un atout pour la sécurité, au dépends de la diversité de choix pour le consommateur.

Sécurité : avantage Apple.

Performances

Le système d’exploitation Windows souffre d’un réel problème : il devient chaque semaine un peu plus gros et plus lent. Cela a plusieurs explications. L’évolution constante des matériels et des programmes bien sûr, l’un profitant des avancées de l’autre. L’empilement des mises à jour également, qui installent des milliers de fichiers et alourdissent les processus. Enfin, et surtout, la base de registre de Windows.

Windows est partageur : il met de nombreux programmes en commun et propose à tout nouveau venu de partager des fichiers et d’écrire dans sa base de registre, qui devient rapidement énorme. Alors que Windows s’encombre facilement, le nettoyage est loin d’être évident – voire impossible. En résumé : si vous installez puis désinstallez un logiciel sous Windows, il en restera toujours des traces.

macOS encapsule davantage ses programmes, qui ne s’étalent pas partout. Les nettoyages sont ainsi bien plus aisés, et le Mac reste relativement propre au fil des utilisations. Bien sûr, le matériel deviendra aussi de moins en moins performant avec le temps, mais de manière bien moins sensible. Il en résulte une bien meilleure durée de vie des matériels (pour ceux qui en prennent un minimum soin, bien évidemment).

Attention cependant aux logiciels qui sortent de n’importe où : aucun système n’est à l’abri du développeur qui fait n’importe quoi ou du programme volontairement vérolé.

Performances et durée de vie : avantage Apple.

Confidentialité

Quel difficile débat que celui de la confidentialité des données et du respect de la vie privée ! à la question « quel système va véritablement respecter l’entière confidentialité de mes données » nous pourrions répondre : « aucun ». Tous se servent, plus ou moins, dans nos ordinateurs : rapports d’incidents, d’utilisation, sauvegardes de données dans le Cloud, géolocalisation, etc. Volontairement ou non, des milliers de données sont aspirées.

Apple, Microsoft, Google et autres : même combat, à la différence que Microsoft a peut-être été moins subtil sur le sujet que ses concurrents. La sortie de Windows 10 a dans ce sens été mouvementée ; il faut avouer qu’il y avait un petit retard qui a été rattrapé de manière un peu brutale.

Vous aurez rarement l’impression qu’Apple puise dans vos données, car tout se fait en douceur et de manière non bloquante. A l’inverse, si Windows n’arrive pas à faire ce qu’il veut il affichera une erreur qui éveillera vos soupçons. Si Microsoft n’arrive pas à valider, à chaque ouverture d’Office, votre abonnement à sa suite 365, il vous bloquera - dans le doute - et vous fera pester. Si Apple veut cibler les habitudes de chaque membre de votre famille pour collecter le maximum de données et suivre jusqu’à l’activité du petit dernier : il vous proposera gratuitement le partage familial et vous donnera le sourire.

Microsoft pousse (pour ne pas dire « force ») l’utilisateur à payer un abonnement Office 365 pour s’assurer des revenus réguliers. Il emploie pour cela des méthodes relativement frustrantes. Même si les tarifs sont raisonnables, la méthode et la validation permanente de l’abonnement pourront en rebuter certains.

Enfin, quel que soit votre terminal : Google, Facebook et autres géants de l’Internet ne manqueront pas de puiser goulument dans votre vie privée. A l’utilisateur d’être prudent.

Respect de la vie privée : match nul.

Ouverture et stabilité

macOS est souvent considéré comme moins ouvert que Windows. C’est vrai que vous ne trouverez généralement les OS Apple que sur les appareils de la marque alors que l’on peut installer Windows quasiment partout, même sur un Mac d’ailleurs (en option de démarrage ou en machine virtuelle).

Cette ouverture à hélas un prix : alors qu’Apple maitrise son matériel, Microsoft doit rendre Windows compatible avec des milliers de matériels différents. Or plus on installe de pilotes de programmes et autres logiciels sur un PC Windows, plus les dysfonctionnements apparaissent. Les programmes étant par ailleurs souvent interdépendants, tout le système peut s’écrouler comme un château de cartes. Ce phénomène très présent sous Windows l’est largement moins sur macOS.

Un des gros avantages de Windows est qu’il permet de construire son propre PC assez facilement : l’utilisateur peut acheter un boitier, une carte mère, mémoire et autres cartes graphiques pour obtenir une configuration très précise. Il est ainsi possible de spécialiser des PC sous Windows : pour le jeu, le traitement d’image, la musique, la bureautique, etc. Cela est moins vrai côté Mac : le choix existe mais la montée en gamme est brutale, avec un catalogue de machines ultra puissantes mais réservées aux passionnés ou aux plus fortunés.

Ouverture du système : avantage Microsoft, stabilité : avantage Apple.

Mises à jour

Pour combler les failles de sécurité ou améliorer leurs systèmes, les éditeurs publient régulièrement des mises à jour. Sous Windows , leur nombre est tel qu’elles semblent presque permanentes, et chacune d’elles ralentit l’ordinateur, demande de redémarrer voire redémarre sans demander. Mieux vaut ne pas être en retard quand vous éteignez votre portable et, qu’au moment de partir, il lance des mises à jour pendant 15 minutes, indiquant bien qu’il ne faut surtout pas arrêter l’appareil.

Ces mises à jour continues constituent un inconfort indéniable, surtout qu’après redémarrage de votre PC nous ne verrez la plupart du temps aucune différence. Il faut savoir que la majorité d’entre elles concernent la sécurité de l’ordinateur et que ne pas les passer peut vous mettre en risque. Il est d’ailleurs notable que Microsoft est plus réactif qu’Apple pour combler les failles de sécurité et que les attaques sur les systèmes Apple tendent à augmenter.

Les mises à jour permanentes n’existent pas sur macOS. Il y en a, bien sûr, mais elles sont bien mieux contrôlées et moins fréquentes, donc bien moins gênantes pour l’utilisateur, qui peut les dérouler quand bon lui semble.

Gestion des mises à jour : avantage Apple, réactivité : avantage Microsoft.

Logiciels disponibles

Microsoft dispose d’un catalogue de logiciel presque infini : vous trouverez quasiment tout. De nombreux logiciels sont disponibles sous Windows mais pas sous macOS. Cela est d’autant plus vrai sur certains logiciels métier. Même les infographistes, historiquement sur Mac, ont basculé sous Windows. Même si la tendance se restreint, le catalogue Mac se remplissant de manière intéressante, celui de Windows reste bien plus riche.

Il sera logiquement plus simple de trouver des petits logiciels gratuits pour Windows que pour macOS. Attention cependant : vous pouvez installer tout et n’importe quoi sur votre ordinateur, mais jamais sans conséquences.

L’Apple Store, la boutique en ligne permettant d’acheter des logiciels, apporte plusieurs atouts. Les programmes sont validés par Apple et doivent respecter un cahier des charges, ce qui apporte une qualité minimale des développements. Les mises à jour sont gratuites, ce qui n’est pas forcément vrai quand vous achetez en dehors du store. Si vous avez activé le partage familial, chaque membre peut profiter de l’achat sans dépense supplémentaire. Enfin, les installations sont extrêmement simples.

Windows dispose également d’un App Store, arrivé un peu après celui d’Apple mais qui est aujourd’hui très riche.

Catalogue logiciels : avantage Microsoft.

Interconnectivité

Lorsque vous possédez plusieurs appareils, il peut être agréable de les voir se synchroniser et éviter de saisir plusieurs fois les mêmes informations. L’idéal pour cela est d’avoir des terminaux compatibles ou de recourir à des solutions tierces. Si l’on reste dans le domaine des solutions natives, Apple prend évidemment la tête puisque la stratégie mobile de Microsoft a été un échec et que sa part de marché est négligeable. Ainsi chaque appareil du constructeur communiquera de manière optimale : vous pouvez par exemple répondre avec votre Mac quand votre iPhone sonne.

Pendant qu’Apple refuse les mélanges, Microsoft parie sur le grand mix. Microsoft propose sa surface, qui est à la fois un ordinateur, une tablette et qui propose un écran tactile. Apple propose le Mac côté PC, l’iPad côté tablette tactile, l’iPhone qui est son produit phare et l’iWatch.

A vous de voir ce qui vous convient le mieux, le tout-en-un ou l’objet spécialisé, sachant que la Surface et les MacBook sont dans les mêmes gammes de prix, mais qu’un Mac + un iPad vous couteront plus cher qu’une unique Surface.

Windows possède de son côté l’avantage de maitriser les serveurs et les postes de travail : un parc entièrement Windows permettra de réaliser facilement un contrôle des postes et des déploiement massifs de logiciels. Cela est également possible avec macOS, comme l’a prouvé IBM.

 

Conclusion

Avant de choisir entre Windows et macOS deux questions se posent : mes logiciels sont-ils disponibles de chaque côté ? Ai-je le budget de départ pour m’équiper chez Apple ? Si vous répondez non à l’une de ses questions, c’est que vous n’avez en réalité pas le choix.

Si vous avez la chance de pouvoir choisir, considérez chaque avantage et inconvénient avant de prendre votre décision. A notre avis, si Windows a été préférable pendant de longues années, la tendance est aujourd’hui inversée. Par ailleurs peu de constructeurs proposent des matériels aussi qualitatifs et valorisants que ceux d’Apple.

AIKIS propose des prestations autour des produits Apple pour les professionnels, aussi bien dans la fourniture du matériel que dans son installation et sa maintenance. Nous encourageons chacun à tester cette solution alternative qui peut s’avérer payante : quand un choix existe, autant le prendre en considération.

Nous conservons bien sûr notre haut niveau d’expertise historique sur Microsoft, qui reste un leader incontesté dans de nombreux domaines de l’informatique.

Si vous avez besoin d’aide ou de compléments, n’hésitez pas à contacter les spécialistes d’AIKIS ! Pour réagir à cet article, écrivez-nous sur contact@aikis.fr.

Inscription à la Newsletter

N'hésitez pas à vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir les derniers sujets d'actualités, ainsi que les dernières offres et promotions exclusives !

Il faut saisir une adresse mail valide.